DéhèSKa

La Chine, ou le salut amoureux de l’ancien directeur du FMI

S’il y a un phénomène qui a marqué le monde en 2010, c’est sûrement l’affaire DéhèSKa, un fait social qui a attiré tout l’attention du monde entier. Un ex-directeur du Fond Monétaire International qui a été mêlé à une affaire pas trop nette, un fait qui n’est pas resté là, la une de tous les journaux était couverte par ce fameux nom. DéhèSKa, depuis ce, devenu un sujet fétiche de tout le monde, DéhèSKa est devenu un personnage dont on parle partout. Après les polémiques sur cet homme, chacun a réagi, de manières différentes, certains étaient offensés, mais il y a ceux qui ont réagi diférement, les chinois qui ont pris ce cas avec une certaine admiration pour cet homme.

DéhèSKa vu par les chinois

L’ex-directeur du Fond Monétaire International était vu comme un séducteur agressif, presque tout le monde a lancé ce regard accusatif sur lui. Mais de l’autre côté du globe, DéhèSKa fut vu d’une autre façon, en chine, cet homme est admiré avec une certaine image de romantisme. Les médias occidentaux, et non seulement les médias, mais la plupart des gens essaient de dégager une mauvaise image de DéhèSKa, mais les hommes en Chine le trouvent brave et admirable, les chinois qui d’habitude gardent une certaine distance aux femmes.

Les chinois et l’amour

En chine, la sociéte est encore très influencée par la tradition confucianiste qui implique le mot mariage, du moins à court terme, quand on parle de relation amoureuse ou relation charnelle. Mais en chine, il y une chose qui est un peu compliquée, c’est que le nombre des femmes est plus faible par rapport à celui des hommes. Ce cas est dû à la politique du contrôle des naissances, une politique qui fut lancée en 1970 mais ayant un grand impact sur la démographie jusqu’à nos jours. Le mariage est devenu quelque chose qui n’est pas si sûr pour chaque chinois.

Autrefois, quand on parle d’amour ou de relation entre femmes et hommes, on dit implicitement mariage, le statut marital était une suite logique de ce mot, mais les chinois d’aujourd’hui sont différents de leurs ancêtres, plus insouciants. Est-ce une raison pour laquelle ils admirent DSK ? C’est possible! La société chinoise est devenue une société de consommation aussi que même l’amour est devenue comme un « produit consommable », mais plus vraiment qu’un sentiment.